Warren Buffett

AT&T et Verizon

Malgré l’aversion récente de Warren Buffett pour les sociétés de télécommunications traditionnelles, le dossier 13F de NEAM révèle l’achat de 22 235 actions d’AT&T et de 14 175 actions de Verizon Communications (VZ) au cours du trimestre de mars.

Les anciens fournisseurs de télécommunications comme AT&T et Verizon ont considérablement sous-performé dans le marché haussier actuel en raison de la hausse des taux d’intérêt, qui augmente les coûts de refinancement et de conclusion de transactions, et des inquiétudes soulignées dans un rapport du Wall Street Journal (WSJ) concernant les câbles à gaine de plomb qui pourraient poser un problème de nettoyage. les coûts et les responsabilités en matière de santé.

AT&T a réalisé des progrès substantiels dans la réduction de sa dette nette, qui a diminué de plus de 40 milliards de dollars pour atteindre 128,7 milliards de dollars depuis la cession de WarnerMedia en avril 2022. À l’inverse, Verizon n’a pas encore réduit de manière significative son encours de dette.

L’histoire continue

AT&T et Verizon capitalisent sur la révolution 5G. La mise à niveau de leurs réseaux pour prendre en charge les vitesses 5G a entraîné une augmentation de la consommation de données des clients sans fil et une augmentation constante des ajouts nets de haut débit.

Au premier trimestre, Verizon a ajouté 389 000 clients nets à haut débit, tandis qu’AT&T a réalisé au moins un million d’ajouts nets de clients haut débit pendant six années consécutives.

Johnson & Johnson

Un autre ajout notable au portefeuille « secret » de Warren Buffett est le conglomérat de soins de santé Johnson & Johnson (JNJ), avec 2 225 actions achetées au cours du trimestre terminé en mars. Autrefois une participation importante dans Berkshire Hathaway, Buffett a réduit sa participation après que J&J ait utilisé ses actions comme garantie lors de l’acquisition de Synthes en 2012.

L’action de J&J a sous-performé dans le marché haussier actuel, principalement en raison de problèmes juridiques entourant l’arrêt de sa poudre pour bébé à base de talc. L’entreprise fait face à environ 100 000 poursuites alléguant que la poudre provoque le cancer, les tentatives de règlement précédentes ayant échoué.

Malgré ces défis, J&J bénéficie de la notation de crédit la plus élevée possible (AAA) de Standard & Poor’s, partagée par une seule société cotée en bourse. Cette note reflète la confiance de S&P dans la capacité de J&J à assurer le service de ses dettes et à couvrir les frais de règlement avec des liquidités ou des flux de trésorerie d’exploitation.

Wells Fargo

Wells Fargo (WFC) est le quatrième ajout notable au portefeuille caché de Warren Buffett au premier trimestre, avec 6 830 actions acquises.

Autrefois l’un des principaux détenteurs de Berkshire Hathaway, Buffett a réduit sa position à la suite du scandale des comptes non autorisés de la banque, qui a porté atteinte à sa réputation.

De plus, Wells Fargo bénéficie du cycle de hausse des taux le plus rapide depuis quatre décennies. La hausse des taux débiteurs a accru les revenus nets d’intérêts des banques bénéficiant de prêts à taux variable.

Chevron

Le géant de l’énergie Chevron (CVX) est la cinquième action notable acquise pour le portefeuille secret de 646 millions de dollars de Warren Buffett. Bien que Berkshire Hathaway ait vendu plus de trois millions d’actions de Chevron au cours du trimestre terminé en mars, New England Asset Management (NEAM) a ajouté 1 900 actions à sa position existante.

Chevron va également acquérir Hess dans le cadre d’une transaction entièrement en actions de 53 milliards de dollars. Si l’accord est approuvé, Chevron gagnera 465 000 acres nets dans les schistes de Bakken et augmentera sa production d’équivalent pétrole en Guyane.

Mike Wirth, PDG de Chevron, a déclaré : « Ce regroupement permet à Chevron de renforcer nos performances à long terme et d’améliorer davantage notre portefeuille avantageux en ajoutant des actifs de classe mondiale. »

Le bilan flexible de Chevron permet des acquisitions majeures et un solide versement de dividendes, renforçant ainsi son attrait dans le secteur de l’énergie.  Source

USA

Aux États-Unis, un vaste réseau d’entreprises manufacturières constitue l’épine dorsale de l’industrie. Certains d’entre eux sont Intel Corporation (NASDAQ :INTC), Ford Motor Company (NYSE :F) et The Boeing Company (NYSE :BA).

Intel Corporation (NASDAQ :INTC) est un géant de la technologie qui règne en maître en tant que premier fabricant mondial de semi-conducteurs depuis plus d’une décennie. Bien que l’entreprise ait traversé des moments difficiles au cours des dernières années et ait même vu sa branche fonderie perdre environ 7 milliards de dollars en 2023, elle reste en tête du marché des processeurs informatiques. Intel Corporation (NASDAQ :INTC) détient 78 % du marché des processeurs informatiques. De même, la société détient une part dominante des trois quarts du marché des centres de données (y compris l’IA).

Ford Motor Company (NYSE : F) est un nom réputé dans le secteur automobile et figure souvent parmi les plus grands constructeurs automobiles mondiaux. L’action de Ford Motor Company (NYSE:F) a augmenté de plus de 15 % au cours des six derniers mois, alimentée par l’optimisme des investisseurs après que la société a publié des résultats financiers impressionnants au quatrième trimestre 2023. Cette dynamique positive des ventes ne montre aucun signe de ralentissement, avec une solide performance qui s’est poursuivie tout au long du premier trimestre de cette année.

L’histoire continue

La société Boeing (NYSE : BA) est l’une des plus grandes sociétés aérospatiales au monde et son siège est en Virginie. La société a récemment décroché un contrat lucratif de 7,48 milliards de dollars avec le centre de gestion du cycle de vie de l’US Air Force. L’accord prévoit la fourniture de kits de queue de munition d’attaque directe conjointe (JDAM), de réparations, de pièces de rechange, de données techniques et même de kits de capteurs Laser JDAM. La société Boeing (NYSE :BA) prévoit de remplir ce contrat d’ici début 2030.

Notre méthodologie

Pour identifier les 20 villes les plus industrielles des États-Unis, nous avons analysé divers paramètres tels que l’espace de fabrication total, l’espace industriel moyen demandant un loyer, les établissements manufacturiers, l’emploi dans les métiers de la production, les coûts de main-d’œuvre de production, les kilomètres d’autoroutes et de routes lourdes, la densité ferroviaire, et le nombre d’aéroports. Ces mesures ont reçu un poids égal pour obtenir un score unique pour chacune des villes. Les données pour ces mesures ont été collectées auprès de sources telles que Commercial Search, le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, la Federal Highway Administration, l’Association of American Railroads et la Federal Aviation Administration. Nous avons classé les 20 villes les plus industrielles par ordre croissant de leurs scores. La liste comprend également certaines des villes les plus industrielles du monde.

Chez Insider Monkey, nous sommes obsédés par les actions dans lesquelles les hedge funds s’entassent. La raison est simple : nos recherches ont montré que nous pouvons surperformer le marché en imitant les actions sélectionnées par les meilleurs hedge funds. La stratégie de notre newsletter trimestrielle sélectionne chaque trimestre 14 actions à petite et grande capitalisation et a généré un rendement de 275 % depuis mai 2014, dépassant son indice de référence de 150 points de pourcentage. (voir plus de détails ici).

La ville la plus industrielle des États-Unis

1. Los Angeles, Californie

Note : 52,70

Emploi dans les métiers de la production : 306 050

Malgré sa réputation de divertissement, Los Angeles possède un secteur industriel majeur avec un large éventail de spécialités, notamment le matériel de transport, l’habillement, la métallurgie et la production informatique et électronique de pointe. La ville emploie plus de 300 000 personnes dans les métiers de la production et compte 17 592 établissements manufacturiers. Los Angeles a enregistré une augmentation de 1 % de l’espace manufacturier de la ville entre 2019 et 2023.

Pour en savoir plus sur les autres grandes villes industrielles d’Amérique, vous pouvez consulter notre rapport détaillé Top 20 des villes les plus industrielles des États-Unis.

Chez Insider Monkey, nous abordons une variété de sujets, allant des villes les plus industrielles des États-Unis aux aspects commerciaux ; cependant, notre expertise réside dans l’identification des actions les plus performantes. Actuellement, la technologie de l’intelligence artificielle (IA) s’impose comme l’un des domaines les plus prometteurs. Si vous recherchez une action IA plus prometteuse que NVDA mais qui se négocie à moins de 5 fois ses bénéfices, consultez notre rapport sur l’action IA la moins chère.

À LIRE SUIVANT : 10 meilleures actions minières aurifères à acheter maintenant et 11 plus grands fabricants d’équipements lourds au monde.

Divulgation : Aucune. Cet article est initialement publié sur Insider Monkey.

Insider Monkey se concentre sur la découverte des meilleures idées d’investissement des hedge funds et des initiés. Veuillez vous abonner à notre newsletter électronique quotidienne gratuite pour recevoir les dernières idées d’investissement issues des lettres d’investisseurs des hedge funds en saisissant votre adresse e-mail ci-dessous. Source

Marches boursiers premier trimestre 2024

Au cours du premier trimestre de 2024, les marchés boursiers européens ont fait face à une série de défis et d’opportunités. La période a été caractérisée par une volatilité accrue, influencée par des événements économiques, géopolitiques et sanitaires. Les investisseurs ont continué à naviguer dans un environnement marqué par les incertitudes liées à la pandémie de COVID-19, malgré les progrès dans les campagnes de vaccination et les efforts de relance économique.

Les résultats des entreprises ont été un point focal majeur au cours du trimestre, avec des réactions mitigées sur les marchés aux rapports trimestriels. Certains secteurs, tels que la technologie et la santé, ont affiché une résilience, tandis que d’autres, comme les services financiers et l’énergie, ont été plus volatils en raison des préoccupations macroéconomiques et des incertitudes réglementaires.

Les développements géopolitiques ont également influencé les marchés, avec une attention particulière portée aux tensions commerciales internationales, aux négociations sur le Brexit et aux relations entre les États-Unis, la Chine et la Russie. Ces facteurs ont contribué à une certaine prudence parmi les investisseurs, qui ont cherché à évaluer les risques potentiels pour leurs portefeuilles.

Malgré les défis, certains indicateurs économiques ont montré des signes d’amélioration, alimentant l’optimisme quant à une reprise économique progressive. Cependant, les incertitudes persistent quant à la trajectoire de la reprise, et les investisseurs demeurent attentifs aux développements futurs qui pourraient influencer les marchés financiers européens.

Bourse US de la semaine.

Voici un résumé de la semaine à la bourse américaine :

La semaine à la bourse américaine a été marquée par une série de fluctuations et de développements significatifs sur les marchés financiers. Les principaux indices boursiers, tels que le Dow Jones Industrial Average, le S&P 500 et le Nasdaq Composite, ont connu des mouvements volatils tout au long de la semaine.

Les investisseurs ont réagi à plusieurs nouvelles économiques et géopolitiques, notamment les indicateurs économiques clés tels que les données sur l’emploi, l’inflation et la croissance économique. Les résultats des entreprises ont également été un facteur majeur, avec des réactions positives ou négatives aux annonces de résultats trimestriels.

Les secteurs technologiques, de la santé, de l’énergie et des services aux consommateurs ont été particulièrement actifs, avec des mouvements importants dans les actions individuelles de ces secteurs.

Les investisseurs ont également surveillé de près les développements géopolitiques, tels que les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine, ainsi que les tensions au Moyen-Orient et en Europe de l’Est.

En outre, les discussions sur la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine ont attiré l’attention, avec des spéculations sur le calendrier et le rythme des hausses de taux d’intérêt.

En résumé, la semaine à la bourse américaine a été caractérisée par une volatilité accrue et une réaction aux événements économiques, aux résultats des entreprises et aux développements géopolitiques. Les investisseurs ont été attentifs aux nouvelles informations et ont ajusté leurs positions en fonction des fluctuations du marché.

EUR CHF

Voici une analyse du graphique de la paire de devises EUR/CHF depuis le 23 août 2021 jusqu’à aujourd’hui :

Depuis le 23 août 2021, la paire de devises EUR/CHF a connu une tendance baissière globale, marquée par une série de creux et sommets descendants. Cette tendance a été influencée par plusieurs facteurs, notamment les politiques monétaires divergentes entre la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque nationale suisse (BNS). La BCE a maintenu une politique monétaire accommodante, tandis que la BNS a continué d’intervenir sur le marché des changes pour limiter l’appréciation du franc suisse.

Au cours de cette période, nous avons observé plusieurs événements économiques et géopolitiques qui ont influencé les mouvements de la paire EUR/CHF. Ces événements comprenaient les inquiétudes persistantes concernant la pandémie de COVID-19, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, ainsi que les incertitudes entourant le Brexit.

Sur le plan technique, le graphique de la paire EUR/CHF a montré une forte résistance autour du niveau de 1,1000, avec plusieurs tentatives de cassure infructueuses à la hausse. En revanche, le support clé a été identifié près du niveau de 1,0800, où la paire a rebondi à plusieurs reprises.

Au fur et à mesure que la période analysée avance, les traders surveilleront de près l’évolution des politiques monétaires des deux banques centrales, ainsi que les indicateurs économiques clés de la zone euro et de la Suisse. Les annonces de la BCE et de la BNS concernant les taux d’intérêt, les programmes d’assouplissement quantitatif et les interventions sur le marché des changes auront probablement un impact significatif sur la paire EUR/CHF.

En conclusion, le graphique de la paire EUR/CHF depuis le 23 août 2021 jusqu’à aujourd’hui montre une tendance baissière, avec des niveaux de support et de résistance clés à surveiller. Les traders devraient être prudents et utiliser une analyse approfondie des fondamentaux et des techniques pour prendre des décisions éclairées sur cette paire de devises volatile.